L’Aquitaine, notre beau pays

L’Aquitaine, notre beau pays

L’Aquitaine, notre beau pays
Le paysage de Duras

Comme le dit si bien Pierre Desfontaines, éminent critique littéraire du XVIIe siècle, le pays de Duras est avant tout un paysage de petits monts qui “se perdent à l’infini les uns derrières les autres comme le clapotis d’un lac”. Si l’érosion est à l’origine de ces “petits monts”, elle n’a pas eu la même force selon la nature des sols. Dans la partie la plus haute des coteaux, des affleurements calcaires durs forment des petites falaises nettement visibles dans le paysage. Les formations géologiques les plus friables sont constituées par des molasses dans la partie inférieure des coteaux. On note donc une alternance de collines rondes aux abords aisés et de plateaux escarpés quasi impossibles d’accès. Bien évidemment, le village de Duras appartient à ce second cas de figure. En effet, comment imaginer qu’il eut pu en être autrement pour nos Rebelles d’Aquitaine que de poser la première pierre d’un lieu de ralliement sur le point le plus inaccessible qui soit ? Ainsi, c’est tout naturellement sur le sommet d’un plateau escarpé que se dresse le fier village de Duras, bien à l’abri de sa forteresse naturelle, dominant la plaine de Bordeaux en tête de proue de l’Appellation d’Origine Contrôlée “Côtes de Duras”.

Le vignoble

Le vignoble de l’appellation Côtes de Duras s´étend aujourd’hui sur 1 500 hectares avec environ 65 % de rouge pour 35 % de blanc exploités par 72 vignerons indépendants et 118 vignerons coopérateurs. Sur l’ensemble du vignoble de Duras, on compte quatre cépages rouges, à savoir le Merlot, le Cabernet Sauvignon, le Cabernet Franc et le Malbec ; et sept cépages blancs : le Sauvignon, le Sémillon, le Muscadelle, l’Odenc, le Chenin, le Mauzac et l’Ugni Blanc. Les sous-sols de Duras sont composés de sédiments marins et fluviaux tels que les argiles lourdes et collantes appelées Boulbènes dans les parties basses et le sud du vignoble ; et les marnes et molasses & calcaires et argilo-calcaires plus en altitude. Bien que les vins de Duras soient connus pour leurs rouges qui sont majoritaires, il ressort qu’on y façonne aussi d’excellents vins blancs et pour cause, les sous-sols de molasses et boulbènes de Duras sont évidemment propices à la culture de cépages blancs. Sans doute cette persistance de la culture de cépages rouges sur des terres pourtant clairement favorables à l’épanouissement du blanc est-elle due au caractère rebelle de nos vignerons désireux de s’imposer face aux grands vins bordelais.

Le climat

À une centaine de kilomètres de l’océan Atlantique, le vignoble de Duras vit sous l’influence du climat océanique caractérisé par des hivers doux et pluvieux et des étés frais et relativement humides. Les précipitations se répartissent sur toute l’année et tombent souvent sous forme de bruine ou encore de brouillard dense, avec un pic hivernal et un pic au mois de mai. Les températures sont douces au printemps et favorisent un démarrage précoce de la vigne. Des arrières saisons ensoleillées survenant parfois après un épisode pluvieux à l’équinoxe, permettent une bonne maturation des raisins rouges ainsi qu’une surmaturation pour l’élaboration des vins blancs moelleux. Le vignoble de Duras bénéficie d’un temps moins pluvieux et globalement plus chaud que son voisin bordelais, ce qui permet naturellement un épanouissement des vins dans les meilleures conditions.

Plus d’informations sur www.cotesdeduras.com

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Compléter les champs requis et marqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.